Menu

L’Ile-de-France vit un véritable dilemme. En effet, le marché de l’immobilier est à la relance, le taux des prêts immobiliers sont au plus bas, mais le volume des transactions reste étrangement faible. En effet, le nombre de logements à vendre est largement inférieur à la demande. Historiquement déjà, le marché francilien reste discret alors que les investisseurs sont présents. Du coup, les rares opportunités qui se présentent s’arrachent littéralement.

Vendre oui, mais pour aller où ?

En attendant, le cycle naturel de la vente et de la revente est pour le moment au ralenti. Les studios et les 2 pièces se font rares et du coup leur prix ont logiquement augmentés de 1,5% au mois de février. Une étude montre donc qu’aujourd’hui, les produits à moins de 300 000 euros trouvent des acheteurs sans aucune difficulté. Au niveau des grands espaces, le bilan est similaire ! On a d’ailleurs bien du mal à voir le bout du tunnel puisque la question se pose irrémédiablement au vendeur : vendre oui, mais pour aller où ?