Menu

Après la « grande crise », les spécialistes du prêt immobilier étaient inquiets. Une appréhension qui semblait alors légitime mais qui avec le recul n’est pas si prononcée. Ainsi la production du prêt immobilier avoisine, à la fin 2010, les 100 milliards d’euro. Si en 2008 l’addition finale s’élevait à 140 milliards, la centaine annoncée cette année est pour le moins encourageante. Un bilan qu’il faut apprécier à sa juste valeur d’autant que le marché est à la baisse des prix.

Un marché qui s’élève aux alentours de 100 milliards

Le crédit immobilier fera mieux que prévu en 2009 et les établissements bancaires s’en frottent les mains. Merci donc aux PTZ (Prêt à Taux Zéro) qui ont boosté les signatures des primo-accédants. Une nouvelle forme de crédit qui a ainsi obligé les banques à s’adapter à un nouveau marché. Plus étonnant encore, le retour sur le devant de la scène du « variable ». Bizarre, vous avez dit bizarre… Surtout si on analyse la flambée de ces derniers mois.