Menu

Le 1% logement n’est pas encore au bout de ses peines. Alors que la fusion des principaux organismes collecteurs est sur le point de se terminer, les polémiques fusent de tous bords et menacent cette nouvelle entité. En effet, le nombre pharaonique des entités, on parle de plus de 100 structures au début des années 2 000, était un frein évident au bon fonctionnement. Des dérives avaient d’ailleurs été notées et la confiance n’était plus de mise.

Des statuts simplifiés pour un meilleur rendement

Après la reprise en main de Laurence Parisot du 1% logement, les sombres dessins s’étaient quelque peu éclaircis. L’unification des statuts était donc devenue obligatoire. Obsolètes donc les rémunérations trop élevées des dirigeants et une méthode de gestion plus logique. Dans tous les cas, le consommateur sera gagnant et la procédure devrait déboucher sur des procédures plus simples et notamment plus rapides.