Menu

Après quelques semaines d’existence l’arrêté réglementant les tarifs de syndics de copropriété n’est pas satisfaisant pour tout le monde. En effet, l’UCS Que Choisir n’hésite pas à dénoncer un travail bâclé qui irait dans le sens des syndics qui peuvent continuer de surfacturer les prestations non mentionnées dans l’arrêté. Bref, l’UFC n’hésite pas à demander au gouvernement une révision de son texte.

Un dossier traité trop hâtivement

Ainsi, au-delà des 44 points cernés la législation floue laisse une grande interprétation possible et notamment une application de tarifs abusifs. D’ailleurs, Hervé Novelli n’a pas hésité à reconnaitre que le dossier avait été traité à la va vite. Du coup, la copie devrait rapidement être révisée pour contenter les copropriétés qui en ont assez de mettre la main à la poche pour toutes les bonnes raisons de la terre.