Christian Micale

Crédit immobilier : comment réduire vos mensualités ?

La saison hivernale arrive bientôt à son terme, et les taux de crédit immobilier sont exceptionnellement bas. Le bonheur pour les emprunteurs qui souhaitaient concrétiser leur projet d’achat immobilier cette année. Cependant, les barèmes bancaires montrent quelques mouvements. Zoom sur l’évolution des taux d’emprunt en ce mois de mars.

Prêt à découvrir si votre projet est réalisable ?

Commencer votre étude
Votre avis de faisabilité en 4min. seulement

Vous remboursez un prêt immobilier et, chaque mois vos finances souffrent des échéances contraignantes. Trois options s’offrent à vous pour retrouver un peu d’oxygène et arrêter de vous serrer la ceinture.

La modulation des échéances

Vérifier tout d’abord si votre contrat inclut ou non une clause vous permettant de moduler les échéances. La clause de modulation des échéances est présente dans tous les contrats de prêt selon votre banque. Ces clauses limitent la modulation à la hausse ou à la baisse. 

Selon les banques la modulation à la baisse est limitée à un allongement maximal de 2 à 3 ans de la durée de remboursement. Si vous avez emprunté sur 20 ans, votre crédit passera grand maximum à 23 ans.

Les conditions de mise en œuvre varient d’un établissement à un autre. Certains permettent la modulation dès la première année de remboursement, d’autres le permettent 1 à 2 ans après la signature du crédit.

Faire racheter son crédit

Si votre contrat ne vous permet pas de moduler vos échéances, vous pouvez tenter un rachat de votre crédit par la concurrence en allongeant la durée de remboursement. Cela vous permettre d’abaisser vos mensualités.

Il est important de noter que le rachat d’un crédit induit des frais supplémentaires : indemnités de remboursement anticipés, frais de garantie et frais de dossier éventuels.

Il faut aussi trouver une banque qui accepte de vous financer. Car tous les établissements bancaires n’acceptent pas ce type d’opération.

Négocier avec votre banque

Face à la crise sanitaire et face aux difficultés financière rencontrer par certains emprunteurs, les banques se montrent plus souples depuis 1 an pour éviter tout impayé. Elles acceptent les reports d’échéances en cas de problème.  

Le premier réflexe à avoir en cas de difficultés financières, est d’en parler à son banquier. Il peut vous proposer une simple renégociation de votre crédit. En bref, un rachat sans changer de banque.  Financièrement, cela revient globalement à la modulation à la baisse des échéances, mais avec plus de souplesse. Il faut compter un surcoût de 1 000 à 1 500 euros pour les frais d’avenant au contrat.

Pour en savoir plus découvrez notre guide du prêt immobilier.

Recevoir nos articles