Christian Micale

Assurance de prêt : l’assurance emprunteur fait désormais partie des charges d’emprunt

La saison hivernale arrive bientôt à son terme, et les taux de crédit immobilier sont exceptionnellement bas. Le bonheur pour les emprunteurs qui souhaitaient concrétiser leur projet d’achat immobilier cette année. Cependant, les barèmes bancaires montrent quelques mouvements. Zoom sur l’évolution des taux d’emprunt en ce mois de mars.

Prêt à découvrir si votre projet est réalisable ?

Commencer votre étude
Votre avis de faisabilité en 4min. seulement

En février dernier, le Haut Conseil de Stabilité Financière a publié ses nouvelles recommandations à destination des établissements financiers. Si celles-ci sont à première vue plus souples et donc plus avantageuses pour les emprunteurs, le HCSF impose désormais à toutes les banques d’intégrer l’assurance de prêt dans les charges permettant de calculer le taux d’endettement.

Les recommandations du HCSF

Les nouvelles recommandations du HCSF sont moins strictes que celles annoncées 1 an plutôt. Des mesures plus souples en faveur des emprunteurs. Désormais, les banques sont invitées à accorder des crédits immobiliers jusqu’à 25 ans, avec 2 ans de différés.  Le HCSF précise toutefois que l’assurance emprunteur fait bien partie intégrante des charges d’emprunt qui vont permettre de calculer le taux d’endettement. Car pour l’heure, tous les établissements financiers ne tiennent pas compte de l’assurance de prêt au moment de calculer la capacité d’emprunt d’un client. Ces nouvelles recommandations permettent alors de préserver le taux d’effort et le reste à vivre de l’emprunteur.

Comparer les assurances pour réaliser des économies et préserver sa capacité d’emprunt

Pour expliquer l’impact de l’assurance emprunteur sur la capacité d’emprunt, prenons par exemple un couple disposant de 4 500 € net de revenus mensuels. Sans tenir compte de l’assurance, le couple qui emprunte 380 000 euros sur 25 ans, au taux fixe de 1,40 %, peut voir son projet se réaliser grâce à un taux d’endettement de 33,35 %. En optant pour une délégation d’assurance, ce taux passe à 34 % ce qui rend toujours le projet possible. En revanche, en choisissant une assurance groupe, proposée par la banque, le taux d’effort passe à 36 %, soit un point de plus que le plafond autorisé par le HCSF.

Même si 85 % des ménages privilégient encore les assurances bancaires, de nombreuses économies peuvent être réalisées en choisissant un assureur indépendant. Pour conserver votre capacité d’emprunt et faire des économies, il est important de comparer les assurances.

Pour en savoir plus découvrez notre guide de l’assurance emprunteur.

Recevoir nos articles